Race de chien : Basenji

En résumé:

Robuste (santé) 90%
Voyage 75%
Supporte la solitude 80%
Apte à la garde 70%
Entretien 80%
Education 60%
Propreté 100%

Le basenji, que l’on nomme aussi terrier Nyam-Nyam, terrier du Congo ou chien de Khéops, est une race canine appartenant au groupe des spitz et des chiens de type primitif. Ce gracieux petit canidé débordant d’affection se révèle être le parfait compagnon qui saura vous apporter fidélité et amour. D’ailleurs, sa douceur et sa gentillesse font qu’il est largement utilisé en thérapie, dans l’objectif d’aider les personnes souffrant de maladies psychiques à extérioriser leurs sentiments et à retrouver le goût de vivre. Enfin, les chasseurs ont trouvé leur plus fidèle allié car le basenji est également un excellent chien courant, n’hésitant pas à se servir autant de sa vue que de son flair pour attraper le gibier. Voici tout ce qu’il faut savoir sur votre adorable compagnon !

Les caractéristiques du Basenji

Avec son look de chien aristocratique, le basenji est perché haut sur pattes et dévoile une ossature fine, lui conférant une allure légère et la grâce d’une gazelle. Fièrement érigées en avant sur le sommet du crâne, ses petites oreilles pointues forment d’adorables rides abondantes sur la tête ciselée, ce qui ne fait qu’ajouter du charme à ce petit chien à l’élégance rare. Le basenji arbore ainsi une expression stupéfaite caractéristique de la race, qui fait fondre tous les amoureux des animaux. En outre, le cou est bien galbé et donne à la tête un séduisant port altier. La grande queue attachée haut vient délicatement s’enrouler en boucle serrée sur le dos de ce solide canidé aux proportions harmonieuses, lui donnant un physique peu banal, d’autant plus que l’arrondi postérieur de la fesse met joliment en valeur les membres élancés. Comment ne pas craquer pour ses impénétrables yeux foncés en amande, qui dévoilent une intelligence hors du commun et une grande vivacité ? Sa robe courte et soyeuse se pare de poils très fins et serrés, généralement saure avec des taches blanches, le bout de la queue ainsi que les membres et le poitrail se couvrant avec coquetterie d’un joli blanc immaculé. Le basenji peut également être blanc et noir, feu et noir, bringé ou entièrement noir ou fauve. Si le sujet est couvert d’une fourrure blanche, de discrètes pastilles feu viennent maquiller le dessus des yeux et un masque feu s’étire du museau jusqu’aux joues. Le mâle mesure environ 43 cm au garrot pour un poids de 11 kg, tandis que la femelle ne fait pas plus de 40 cm et pèse 9 kg. Autant dire que sa taille de guêpe a de quoi nous laisser rêveur !

Origine

deux-basenjiLe basenji est une race très ancienne descendant du lévrier d’Egypte, dont les premières traces se retrouvent sur des épigraphes datant de plus de 5 000 ans. Avec ses airs d’Anubis, il était en effet considéré par les Egyptiens comme un animal sacré. De ce fait, de nombreux tombeaux de pharaons étaient ornés de représentations d’un petit canidé, jadis prénommé Tesem, ressemblant sans aucun doute au basenji. Loin d’avoir disparu avec les pharaons, la race a été redécouverte par des explorateurs anglais au 19e siècle, dans la forêt d’Ituri en Afrique centrale, plus précisément au cœur de la province du kasaï-Oriental au Congo. A cette époque, ce petit chien appelé ango angari occupait le Soudan et le Zaïre avant d’être domestiqué par les tribus Luba, qui s’en servaient pour signaler la présences d’animaux féroces, les guider à travers les épais feuillages et chasser le petit gibier difficile à capturer sans l’aide de son flair exceptionnel. Son nom provient du mot bantou basénzi qui signifie « sauvages », « campagnards » ou « primitifs » et était employé par les colons blancs pour insulter les indigènes analphabètes. Par ailleurs, le terme mosénzi voulant dire en Tshiluba « mon singe » devient basénzi au pluriel. Le plus petit des chiens pharaoniques serait définitivement arrivé en Europe en 1934, après avoir fait l’objet de quelques tentatives d’exportation sans réussir à s’acclimater à un nouvel environnement. Désormais, le basenji connaît un succès grandissant notamment dans les pays anglo-saxons et les pays nordiques, grâce à son tempérament très convivial. Encore peu connue en France, la race est en pleine expansion tant les qualités de cette attachante boule de poils plaisent aux familles d’aujourd’hui.

Caractère du Basenji

Intelligent, indépendant et affectueux, le basenji se montre assez distant envers les étrangers. Mais une fois qu’il a toute notre confiance, ce merveilleux chien primitif devient un compagnon des plus fidèles, très amical et sociable. Les foyers l’apprécient pour sa gentillesse et son tempérament enjoué mais également pour sa propreté remarquable, le basenji se montrant maniaque à l’extrême si bien qu’il n’a pas d’odeur corporelle perceptible à notre odorat. Ne vous fiez surtout pas à son aspect noble, car il s’agit d’un chien rustique et très équilibré, aussi bien physiquement que mentalement. Votre doux complice sait être d’une patience sans nom, ce qui en fait le meilleur allié des enfants prêt à les suivre dans toutes leurs aventures. Cela ne l’empêche pas d’être un parfait gardien et d’avoir toute sa place dans une ferme pour chasser les nuisibles.

Conditions de vie

posing basenjiLe basenji présente la particularité de ne pas aboyer. Pour autant, il est loin d’être muet puisqu’il s’exprime par des gloussements ou d’étonnantes vocalisations, jodlant comme les chanteurs tyroliens. Il est donc parfaitement adapté à la vie en appartement, à condition de lui accorder des sorties plusieurs fois par jour. Si vous habitez dans une maison, vous veillerez à clôturer votre jardin car le basenji présente une autre spécificité, celle de faire de grands bonds qui lui permettaient de s’orienter dans les hautes herbes africaines ! Quoi qu’il en soit, il aime le soleil et n’est pas fait pour rester dehors lorsque les températures commencent à faiblir. Ne supportant pas la solitude, le basenji s’épanouira naturellement aux côtés de son maître et sera le plus heureux si vous l’emmenez se dépenser dans la nature. Si vous êtes sportif, n’hésitez pas à lui proposer de l’exercice physique régulier. Docile avec les bébés, il est compatible avec toutes les situations familiales et se révèle être un admirable camarade pour les séniors.

Santé

Robuste, le basenji a une longévité de 12 à 13 ans. Cependant, il est sujet au syndrome de Fanconi, une maladie génétique rénale mortelle. Avant d’adopter votre compagnon, exigez impérativement de l’éleveur qu’il vous fournisse une preuve de test. La race a également tendance à l’obésité. Surveillez consciencieusement le contenu de sa gamelle au gramme près ! Sachez enfin qu’une femelle a ses chaleurs une fois par an.

Éducation du Basenji

Du fait de sa forte personnalité et de son instinct de chasseur, les exercices de rappel sont fondamentaux. Sinon, le basenji préférera suivre la piste qu’il a flairée plutôt que d’écouter son maître. Habituez-le également à rester seul pour vous éviter les mauvaises surprises à votre retour en fin de journée ! Veillez toujours à lui apporter une éducation douce et remplie d’amour et ce, dès le plus jeune âge.

Quelques conseils

L’éleveur devra vous délivrer un certificat de naissance afin d’attester que votre chien est un véritable basenji. Privilégiez de préférence un élevage proche de chez vous. Ainsi, les démarches seront facilitées en cas d’éventuels problèmes.

Crédits photos : Fotolia et © Flickr – fugzu

Livres complémentaires :

Découvrez d’autres races de chiens:

Race de chien : Basenji
3.7 (73.33%) 12 votes

Pin It on Pinterest